FORME ET FONCTION

Que l’on rende à chaque partie du corps la possibilité d’exercer normalement sa fonction, l’on verra se modifier sa forme – et cela, dans la plupart des cas, sans « exercices spéciaux ». Il est par contre inefficace, donc inutile, de vouloir « redresser un dos » ou « guérir des pieds plats » en abandonnant le reste à son sort : ni les procédés actifs, ni passifs ne peuvent obtenir de résultats durables.

Lily Ehrenfried, De l’éducation du corps à l’équilibre de l’esprit, Aubier 1977, p. 85

LA VIE RÉAGIT À LA CONFIANCE

Rien n’intensifie davantage la force vitale d’un individu que la foi dans une promesse de libération. En fait, c’est la vie qui réagit à la confiance, et rien n’est plus précieux à la vie que la liberté. Dans la thérapie shiatsu, avoir confiance dans la vie du patient signifie avoir confiance en la guérison des maladies par la propre force vitale de celui-ci… La vie réagit négativement à la contrainte et positivement à la confiance.

(Ryoku Endo, Tao Shiatsu, Trédaniel 1999, page 95)

RÉTABLIR L’ÉQUILIBRE EN PARTANT DU CORPS

(…) L’être humain est un tout ; en faire croître seulement une partie crée un déséquilibre. Pour rétablir l’équilibre, il convient de développer ce qui a été négligé. Il faut d’abord lui permettre de percevoir, à travers la conscience de son état physique profond, la possibilité de vivre dans son corps et non hors de lui. Une ouverture de l’être commence à partir d’une sensation intégrale de « soi ». Si cette sensation est partielle ou floue, toutes nos actions le seront. Par contre, la stabilité, le calme intérieur et les nouvelles sensations résultant d’un travail sur soi font découvrir certaines vérités et donnent les moyens de les vivre.

Est-ce à dire que cette approche par la conscience du corps, en partant du mouvement, procure la sagesse sans plus d’efforts sur soi ? Qui oserait le croire ? N’est-il pas déjà capital qu’au lieu de se leurrer en empruntant le chemin du progrès par l’intellect, l’homme discerne combien celui de la connaissance de soi, partant de son être physique, l’oriente, malgré son apparence élémentaire, vers ce quoi il aspire.

(Maurice Martenot, La relaxation active, Le Courrier du Livre, p. 20)

ÉDUCATION SOMATIQUE

En éducation somatique, la personne est abordée dans sa globalité. Partant du principe que les diverses dimensions de l’être humain, corporelle, mentale et émotive, sont interdépendantes, l’éducation somatique propose, par le mouvement, des expérimentations qui sollicitent ensemble les aspects sensoriel, moteur, cognitif et affectif de la personne tout en la mettant en relation avec son environnement.

Regroupement pour l’éducation somatique

CINQ RÉGULATIONS

« L’empereur Jaune demanda à Yen Jan :
– Je veux étendre à l’empire les Cinq Régulations, où commencer, où finir ? Yen Jan répondit :
– Commencez par votre propre corps. Votre for intérieur réglé, cela rejaillira sur l’extérieur. L’intérieur et l’extérieur une fois en accord, vous pourrez mettre en ordre les affaires de l’empire. »
(Les quatre canons de l’empereur jaune, Traduction Jean Levi, Albin Michel 2009, p177)